sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

3 façons de monter votre entreprise en toute sécurité

Publie le 27 Mars 2017 16:26

Qui n'a jamais rêvé de lancer son entreprise et de quitter son emploi ? Vous en avez l'intention, mais vous ne savez pas comment quitter votre entreprise ?

Voici 3 façons de monter son entreprise en toute sécurité.

Monter son entreprise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Le congé pour création d'entreprise : le choix de la sécurité.

Le congé pour création d'entreprise permet de suspendre le contrat de travail provisoirement afin de permettre au salarié de créer son entreprise. Il faut savoir que vous pouvez l'effectuer à temps plein ou à temps partiel. Cependant, vous restez salarié de l'entreprise pendant toute la durée, donc vous avez une obligation de loyauté vous obligeant à ne pas travailler ailleurs. Vous êtes alors obligés d'expliquer pourquoi vous avez besoin de ce congé. L'avantage principal de ce congé est le fait que le contrat de travail est maintenu. C'est-à-dire que vous êtes encore salarié de l'entreprise, et à la fin du congé, vous pouvez réintégrer le poste que vous aviez, ou un emploi similaire. Ainsi vous avez le choix soit de réintégrer l'entreprise à la fin du congé, soit de rompre le contrat de travail et de continuer dans votre projet.

2. La démission : un choix risqué.

La démission est une rupture à l'initiative du salarié en CDI, n'a pas de formalisme particulier. Cette rupture ne nécessite alors aucune procédure particulière de la part du salarié, à part la notification de la démission. Elle n'a pas besoin d'être motivée, le salarié peut décider de quitter son emploi sans motif particulier. En revanche, pour être valide, elle doit être claire et non équivoque. C'est-à-dire que même si le salarié n'a pas à justifier sa démission, il ne faut pas que cette dernière soit donnée de manière ambigue, mais en plus elle doit être non équivoque, ce qui veut dire qu'elle ne doit pas être justifiée par un motif obscur tel qu'une dispute avec un collègue ou même l'employeur.

Cependant, il n'y a aucune indemnité de départ ni allocation. C'est pourquoi, pour quelqu'un qui a l'intention de se lancer à son compte, la rupture conventionnelle est plus intéressante, car elle permet au futur entrepreneur de se mettre à l'abri le temps que son projet prenne de la valeur.

3. La rupture conventionnelle : le pari gagnant.

La rupture conventionnelle permet au salarié et à l'employeur de rompre le contrat de travail de façon rapide, sans motif, sans préavis, et ouvre droit à une indemnité de rupture et aux allocations chômage. Cependant, une rupture conventionnelle ne doit pas se conclure trop vite, le salarié doit d'abord vérifier certains points et se poser les bonnes questions. La rupture conventionnelle vous permet alors de rompre votre contrat de travail en accord avec votre employeur. Il faut savoir que cette rupture est dite négociée car le salarié et l'employeur vont au cours d'un entretien (au minimum) se mettre d'accord sur les termes de la rupture. Plus encore, la rupture conventionnelle donne droit à une indemnité de départ mais aussi aux allocations chômage. Ainsi, si vous voulez quitter votre entreprise pour lancer votre projet, il vaut mieux choisir la rupture conventionnelle qui vous permet d'avoir un capital de départ. La rupture vous permet alors de toucher :

  •     Toucher les ASSEDICS : ces allocations vous permettront d'avoir un capital pendant 15 mois pour pouvoir vous concentrer à plein temps sur votre projet.
  •     Vous pouvez également demander à recevoir intégralement 45% de la somme des allocations : ce qui vous permet d'avoir votre capital de départ pour lancer votre entreprise.
Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE