sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

5 conseils pour obtenir un congé sans solde

Le congé sans solde est ouvert à tous les salariés, selon ses besoins personnels ou professionnels. Comme son nom l’indique, le congé sans solde ne donne lieu à aucune rémunération, à l’inverse des congés payés, sauf si le salarié choisit d’utiliser son compte épargne-temps. Congé non réglementé par la loi française, il est soumis à l’autorisation de l’employeur. Ce dernier peut donc vous le refuser, ou en négocier les modalités avec vous ! Ici, nous vous donnons 5 conseils pour obtenir votre congé sans solde.

conseil pour avoir un congé sans solde

1) Assurez-vous que vous êtes en droit de le demander

Dès lors que vous être salarié d’une entreprise, quelque soit la nature de votre contrat (temps partiel, temps complet, CDD, CDI…) et quelque soit votre ancienneté, vous êtes en droit de demander un congé sans solde. Reste à savoir si votre employeur acceptera ou non de vous l’accorder. Contrairement aux congés payés, ou au congé sabbatique, qui sont des congés réglementés, le congé sans solde n’est soumis à aucune réglementation de ce type.
 

2) Prévenez votre employeur en temps et en heure

Comme précisé précédemment, il n’y a donc aucun formalisme légal pour demander un congé sans solde. Ceci dit, si vous souhaitez obtenir votre congé sans solde, il paraît évident que vous avez intérêt à vous y prendre le plus tôt possible, afin de laisser la possibilité à votre employeur de s’organiser en conséquence. Au contraire, si vous le prenez au dépourvu, sauf cas de force majeur, il peut plus facilement vous adresser une fin de non recevoir…
 

3) Tachez d’être toujours en bon termes avec votre hiérarchie

Il s’agit là avant tout de bon sens. Plus vos relations seront bonnes avec votre employeur, plus il sera enclin à vous rendre service et donc à répondre favorablement à votre demande. La réalité est rarement aussi simple, mais si vous pouvez éviter d’être en conflit avec votre supérieur hiérarchique (sans pour autant tomber dans l’hypocrisie), cela vous aidera à obtenir ce que vous attendez.
 

4) En fonction du motif, faire part ou non de votre projet à votre employeur

Vous n’êtes pas tenu de justifier votre demande et de préciser ce que vous comptez faire pendant ce congé. En fonction de votre motif, mais aussi en fonction du mode de fonctionnement de votre supérieur, dévoiler ou non votre projet peut jouer ou non en votre faveur. A vous donc de vous adapter.

Par exemple, si vous souhaitez avoir une expérience professionnelle autre alors que vous vous ennuyez dans votre travail, le fait de le dire risque de détériorer vos rapports avec votre hiérarchie. Dans ce cas, il vaut donc mieux éviter de préciser le motif de votre demande. Votre congé sans solde pourrait d’ailleurs vous être refusé tout simplement par méfiance. De même, si vous comptez vous absenter pendant la période de « rush » pour aller vous la couler douce au bord de la mer et ainsi éviter la période « chaude », mieux vaut vous taire…

A l’inverse, s’il s’agit d’un événement familial que vous ne pouvez pas manquer, le fait d’en parler (sans pour autant rentrer dans les détails, ne confondez pas vie professionnelle et vie privée) vous aidera probablement à montrez à votre employeur que vous prenez en considération les problématiques de l’entreprise.
 

5) Montrez que vous prenez en considération les problématiques de l’entreprise

Si vous avez le choix concernant la date de votre départ en congé, tâchez de prendre en considération les problématiques de l’entreprise. Si vous montrez que vous vous êtes préoccupé par les intérêts de la société en évitant par exemple les périodes de pic d’activité pour partir en congé, votre demande aura naturellement plus de chances d’aboutir. Cela attestera de votre motivation et renforcera la relation de confiance que vous entretenez avec votre hiérarchie.


Conclusion 

Même en appliquant ces quelques recommandations, votre employeur peut tout à fait décider de ne pas donner suite à votre demande. Le cas échéant, ne cédez jamais à la tentation de vous accorder vous-même un congé sans solde... Si vous décidez vous-même de ne plus venir travailler pendant quelques jours, il s’agit d’un « abandon de poste », pouvant entraîner des sanctions disciplinaires et aller jusqu’au licenciement.

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE