sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

Négocier son salaire, les conseils d'un professionnel

 

daniel porot sur la négociation de salaire

Daniel Porot est un expert de la gestion de carrière et de la recherche d’emploi en Europe. Il est aujourd'hui PDG d’une entreprise basée en Suisse (Porot et Partenaire), qui organise et anime des ateliers, séminaires et conférences dans plus de 30 pays différents. Il enseigne également dans de prestigieuses universités en Europe et aux États-Unis (HEC, Stanford, Colombia), et a écrit une vingtaine d’ouvrages consacrés aux ressources humaines. L'un de ses livres est dédié spécifiquement à la négociation salariale et est intitulé « 101 Secrets pour bien négocier votre salaire... ou une augmentation ». Il nous livre dans cette interviews des conseils pragmatiques et pertinents pour vous aider à obtenir une augmentation. 

Négocier son salaire : Calculer votre contribution 

La clé, pour préparer sa négociation, est d’être capable d’estimer de façon précise sa contribution personnelle aux résultats de l’entreprise. Cette contribution peut-être mesurée grâce à 3 critères bien précis :
  • Le gain en chiffre d’affaire : Grâce à vous, l'entreprise à augmenter son chiffre d'affaires de X k€
  • La réduction de coût : Vos recherches et analyses ont permis de faire économiser YK€ à l'entreprise. 
  • L’évitement d’erreur
C’est cette contribution chiffrée qui donnera du poids à vos propos car elle est la seule raison pouvant justifier une augmentation
 
EXEMPLE 
un commercial a signé, la même année, 2 contrats à 500 000 €. Il a donc rapporté à sa société 1 000 000 €. Si l’on suppose que ses objectifs étaient fixés à 800 000 €, alors on considère que sa contribution aux résultats de l’entreprise a été significative (+ 200 000 € par rapport aux objectifs). Vous pouvez rapporter cette contribution à votre coût total pour votre employeur pour un salaire net donné grâce à cette calculatrice.


Les conseils pour bien négocier son salaire 

Vous devez négocier lorsque cette réalisation sort de votre cahier des charges, c'est-à-dire si elle sort du champ des actions définies par votre poste. Si je vais voir mon patron en lui demandant une augmentation sans raison particulière, il vous renverra la question en vous demandant : « À quel titre ? Vous avez livré ce pourquoi je vous paye. Notre contrat indique une somme versée pour un travail précis. » Votre négociation n’aura de chances d’aboutir que si vous avez dépassé ce que l’’on attendait de vous.
 
Montrer son utilité dans l’organisation. Si j’ai un conseil à donner pour bien négocier son salaire, c’est d'être capable de démontrer son utilité dans l'organisation. J’ai un exemple en tête : un salarié qui, pour justifier sa négociation, avait déclaré à son manager : « J’ai tout fait pour me rendre utile plutôt qu’indispensable ». J’ai trouvé cette réponse pleine de bon sens et chargée d’humilité. Utile implique la générosité, alors qu’indispensable implique l’arrogance. Tout est dit.
 
Tenir une comptabilité. Je vous recommande vivement de noter, chaque semaine ou chaque mois, les réalisations, projets que vous avez a menés à bien, de les stocker, les rassembler afin de constituer un dossier dans lequel vous montrerez votre contribution dans l’entreprise. Ces réalisations tombent bien souvent dans l’oubli, à vous de faire preuve de rigueur, car c’est dans votre intérêt.


Les erreurs à éviter lors de sa négociation salariale

Aborder la question du salaire trop tôt. Prenons l’exemple d’une négociation de salaire à l’occasion d’une embauche. N’oubliez pas que dans un processus de recrutement, vous êtes un individu parmi d’autres. Ainsi, des prétentions salariales trop hautes risqueraient de vous désavantager (votre concurrent qui a un profil similaire et demande moins sera sélectionné). C’est lorsque vous avez été choisi, c'est-à-dire lorsque vous êtes devenu unique, que vous devez aborder la question du salaire. À cet instant précis vous n’êtes plus comparable, votre marge de manœuvre est donc naturellement plus élevée.

Ne pas poser de questions pour faire parler l’autre. Si vous voulez être entendu, il est crucial de vous intéresser à ce que pense votre interlocuteur. Cette écoute vous permettra de rebondir et vous aidera à adapter votre discours pour parvenir à vos fins.
 
Donner des leçons de morale. Si vous souhaitez anéantir toutes vos chances d’être augmenté, procédez de la sorte. Rien n’exaspère plus un recruteur. J’ai, aujourd'hui encore fait l’expérience de ce type de comportement : un jeune homme que je recevais en entretien m’a présenté la grille de salaire de son école, affirmant qu’il « valait » tant. C’est, selon moi, la pire façon d’aborder les choses.


Négocier son salaire en temps de crise

Il est tout à fait envisageable de négocier son salaire en temps de crise. En effet, si votre contribution à l’entreprise peut être mesurée, chiffrée, et que cet apport est un minimum conséquent, il est parfaitement légitime de demander une augmentation. Ne vous fixez pas de barrières. Ceci dit, il est certain que l’obtention de cette augmentation sera plus difficile que lors d’une période faste, où l’entreprise prospère et se porte bien financièrement.


Rebondir face à un refus

Quand peut-on renégocier son salaire? La première question à poser à son employeur qui n’accède pas à votre demande est de savoir quand vous pourrez renégocier. Fixez une date claire.
 
Faire enrichir son travail. Il s’agit de renégocier le contenu de sa fonction. Vous pouvez par exemple demander, pour un salaire égal, de modifier le contenu des tâches qui vous sont confiées. L’idée peut être de se séparer de tâches fastidieuses et peu intéressantes pour se consacrer à des tâches plus stratégiques, qui accroîtraient vos domaines de compétences. J’ai en tête l’exemple d’un de mes clients, qui a renégocié sa fonction 3 fois en 2 ans, ce qui lui a permis d’augmenter son salaire de 40% en changeant d’entreprise. Cette pratique nécessite d’être patient, mais peut vous permettre de faire un « bond » très important à moyen terme.
 
Négocier des avantages en nature. Cette troisième option, assez simple à exécuter, est possible pour accroître son pouvoir d’achat. Ces avantages doivent avoir 3 caractéristiques :
  • Coûter peu à l’entreprise
  • Représenter beaucoup pour vous
  • Ne pas créer de précédent (l’avantage que vous demandez, s’il est trop visible, risque de servir de modèle à d’autres salariés. Si vous demandez une voiture de fonction par exemple, toutes les personnes qui occupent le même poste que vous risquent de l’exiger auprès de votre employeur. C’est ce type de situation qu’il faut éviter. Vous devez être le seul à pouvoir le demander. )

Conclusion 

Véritable expert dans le domaine des RH, les conseils de Daniel Porot vous seront très utiles pour aborder votre négociation de salaire. Vous devez êtres capable de valoriser votre contribution à l'entreprise. Comme tout négociation, vous devez préparer cet entretien, noter et mesurer vos apports afin de justifier vos arguments. Dans tous les cas, ayez à l’esprit que c’est en usant de bon sens, de rigueur, d’honnêteté et d’humilité que vous aurez des chances de convaincre votre employeur. Même si cela ne dépend pas que de vous !
PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE

Commentaires

Par le

Bonjour, je souhaite conserver l'anonymat de mon entreprise, c'est pourquoi je vous contacte avec uniquement mon prénom et une adresse mail sans indication. Je souhaite savoir quels sont selon vous les instants stratégiques pour renégocier: j'ai bien compris que le bilan ou une réussite particulière étaient des atouts, néanmoins, il y a toujours des moments clés à privilégier.
Je suis cadre, responsable de deux agences de maintenance, et embauché en CDI. Ma période d'essai de 6 mois se déroule très bien, mon DG m'ayant félicité à plusieurs reprises pour mes initiatives et ce que j'apporte à l'entreprise.
Que pensez-vous d'une renégociation un mois avant la fin d'une période d'essai de 6 mois? Est-ce une prise de risques? Est-ce au contraire un choix opportun laissant possible une échappatoire en cas d'échec?
En l'attente de votre retour, je vous remercie des informations que vous avez d'ores et déjà partagées.