sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

Entretien d'embauche : 5 questions pièges à bien négocier

Lors d'un entretien d'embauche, le recruteur est là pour vous tester. Outres les questions classiques sur vos motivations, votre projet professionnel et à votre expérience visant à s'assurer de l'adéquation entre votre profil et le poste visé, les recruteurs vont très probablement tenter de vous "piéger", de vous mettre en difficulté ou de vous déstabiliser, vous forçant à vous dévoiler et à révéler d'autres aspects de votre personnalité. Répartie, capacité à ne pas se démonter, honnêteté, prise  de recul, telles sont les aptitudes qui seront testées au travers de ces questions "pièges". En voici 5, qui reviennent régulièrement, et nos conseils pour les négocier au mieux...

ces questions qui tuent en entretien d'embauche

Pourquoi voulez-vous quitter votre employeur actuel ? 

Lorsque vous postulez à une offre alors que vous êtes en poste, vous ne pourrez éviter cette question. Le cas échéant, la tentation peut être forte de dénigrer votre employeur actuel, en mettant en valeur son incapacité à vous motiver. Ne commettez pas cette erreur, il risque de se demander ce que vous penserez de lui dans 6 mois, un an , deux ans...A travers cette question, votre interlocuteur cherche à identifier ce qui vous motive au quotidien, les éléments qui vous déplaisent, vous poussent à quitter un emploi, à évaluer votre stabilité au sein d'une entreprise pour tenter de savoir combien de temps vous pourriez rester dans son entreprise. Tâchez d'être positif dans vos réponses et de vous centrer sur votre projet professionnel : vous désirez évoluer et prendre des responsabilités que votre employeur actuel ne peut vous offrir, vous avez besoin de nouveaux défis pour vous épanouir, vous souhaitez mettre au service vos compétences dans un autre secteur...Enfin, ne dévoilez pas d'informations confidentielles sur votre employeur actuel, car cela traduit un manque de professionnalisme qui sautera aux yeux de votre recruteur. 
 

Quels sont vos défauts ? 

A travers cette question fréquemment posée en entretien, votre vis à vis cherche à tester votre lucidité, votre discernement. Êtes-vous capable de prendre du recul sur vous même pour identifier vos axes d'amélioration ? Il souhaite également percevoir les risques qu'il prend s'il décide de vous embaucher. Première règle pour répondre à cette question : ne citez pas de défaut qui soit incompatible avec le poste visé : un chef d'équipe qui ne sait pas manager se discrédite d'entrée...Par ailleurs, il est primordial de ne citer que les défauts que vous savez pouvoir corriger. Et d'enchaîner le plan d'actions correctives que vous avez mis en place que vous comptez mettre en place pour y remédier. Si vous êtes "désorganisé de nature", montrez que vous travaillez à gommer ce défaut par une discipline quotidienne à votre portée. 
 

Could we continue this conversation in english ? 

Au beau milieu de l'entretien, voilà que votre interlocuteur se met à parler dans une langue étrangère. Ici, le seul risque est de tomber dans votre propre piège : vous avez survendu votre niveau de langue sur votre CV, et vous voici pris dans la tenaille : sachez que mentir sur un CV peut vous valoir une peine pour faux et usage de faux pouvant aller jusqu'à 45 000 euros d'amende et 3 ans d'emprisonnement. Sans prendre de telles proportions, l'employeur teste par ce biais la véracité de vos propos. Si vous n'êtes pas capable de tenir la discussion, vous ne pourrez vous en prendre qu'à vous et risquez de perdre en crédit face à votre recruteur. 
 

Comment envisagez vous l'équilibre vie privé vie professionnelle ?

Cette question peut paraître intrusive, mais le fait est qu'elle revient fréquemment lors des entretiens d'embauche. Le recruteur s'interroge sur votre investissement potentiel dans l'entreprise. A cette question, les deux extrêmes sont à éviter : si vous affirmer que votre vie privée passe avant tout, vous signifiez clairement à votre interlocuteur que vous ne ferez que le minimum nécessaire. Vous allez donc dans le mur. A l'inverse, si vous décrétez vous donner corps et âme pour l'entreprise : le risque est que votre vis à vis ne vous croit tout simplement pas, ou au contraire vous prenne au mot, ce qui pourrait vous coûter en énergie et vous conduire à travailler nuit et jour...Montrez plutôt que vous êtes prêt à vous investir sérieusement dans le projet et que faire des heures supplémentaires ne vous effraie pas outre mesure en cas de "rush". Faite lui comprendre que votre équilibre vie privé/vie professionnel vous est néanmoins vital et vous permet d'être performant lorsque vous êtes au bureau. 
 

Êtes-vous satisfait de cet entretien ? 

Cette question est généralement posée pour sonder votre confiance en vous, qualité recherchée car bien souvent utile dans le monde du travail. Cela ne veut pas dire qu'il faut à tout prix vous auto congratuler, ce qui pourrait paraître suspect. Car le recruteur teste également votre capacité de prise de recul à chaud et votre lucidité. Soyez positif, donc, ne vous démontez pas et exprimez vous avec aplomb en étant le plus objectif possible. N'hésitez pas non plus à faire part des choses qui vous ont posé problème ou de certaines questions qui vous ont déstabilisé. Les phrases du type "si c'était à refaire, j'agirai de telle façon", ou encore "je pense que l'on peut toujours s'améliorer" sont généralement bien reçues. 


Sur le même sujet :

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE