sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

Le portage salarial : une solution et des avantages

Publie le 17 Janvier 2018 11:27

 

portage salarial

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le portage salarial, une manière de rester autonome tout en étant salarié

Le portage salarial est une alternative intéressante pour tous les travailleurs qui aspirent à travailler en toute indépendance, sans pour autant renoncer au statut de salarié.

Grâce à cette nouvelle forme d’emploi, ils ont la possibilité de gérer leur propre affaire, tout en bénéficiant des mêmes avantages sociaux qu’un salarié d’entreprise.

Le salariat, sécurisant, mais routinier


Pour beaucoup de travailleurs, le salariat est le saint Graal de l’emploi, car il est jugé le plus sécurisant de tous les statuts. Les salariés d’une entreprise ont, en effet, la certitude de toucher une rémunération fixe à la fin du mois.

Si vous avez des projets de vie nécessitant un emprunt bancaire comme l’achat immobilier, par exemple, votre dossier de demande de crédit sera davantage pris en compte si vous avez un revenu stable.

Outre la sécurité financière qu’elle offre, le statut de salarié est très apprécié pour le haut niveau de protection sociale qu’il propose par rapport aux autres statuts. En tant que salarié d’une entreprise, vous cotisez à la Sécurité sociale ce qui vous donne droit à une prise en charge d’une grande partie de vos frais de santé.

Vous avez aussi l’opportunité de toucher une indemnité journalière en cas d’arrêt de travail suite à un accident ou à une maladie. Les avantages sociaux des salariés ne s’arrêtent pas à la santé. Vous cotisez aussi à la caisse de retraite et pouvez prétendre aux allocations de chômage, si jamais vous perdez votre emploi.

Le problème avec ce sentiment de sécurité que procure le statut de salarié est que le travailleur oublie parfois que la sécurité n’est pas définitive. Qu’il soit en CDD ou en CDI, le salarié d’entreprise n’est pas à l’abri d’un licenciement. Si la société qui l’emploie juge qu’il ne correspond plus au profil du collaborateur idéal ou si elle fait face à des difficultés économiques et doit se restructurer, le salarié peut perdre son emploi.

Le salarié doit donc toujours se montrer performant et œuvrer à atteindre les objectifs qui lui sont assignés pour prouver à son employeur qu’il mérite le poste qu’il occupe. Soumis à une subordination hiérarchique, il doit également toujours avoir l’aval de son supérieur hiérarchique pour les actions qu’il doit accomplir, ce qui peut l’empêcher de prendre des initiatives personnelles.


Le travail indépendant, plus d’autonomie, mais moins de sécurité


Pour s’émanciper de la subordination salariale et agir enfin selon ses aspirations et ses envies, de plus en plus de salariés d’entreprise font le choix de se tourner vers le travail indépendant. En tant que travailleur indépendant, il a plus d’autonomie dans l’exécution de son travail. Il gère son temps comme bon lui semble et peut mener de front vie professionnelle et vie familiale. Il peut aussi agir selon ses envies et prendre les décisions qui lui semblent les plus judicieuses, sans avoir à s’en référer avec une tierce personne.

Cette autonomie accrue ne signifie pas que le travailleur indépendant peut prendre autant de temps libre qu’il le souhaite. En effet, contrairement au salarié d’entreprise qui peut rentrer tranquillement chez lui après les huit heures de travail réglementaires, le travailleur indépendant, lui peut travailler tard ou même le week-end pour faire développer son activité.

En plus de son cœur de métier, il doit également s’occuper des différentes tâches administratives comme la déclaration des impôts, les commandes des matières premières, etc.

Il doit également effectuer une veille constante pour rester concurrentiel et trouver de nouveaux clients pour faire prospérer son activité.

L’autre inconvénient du statut de travailleur indépendant est qu’il n’est pas aussi sécurisant que le salariat. Le travailleur indépendant ne bénéficie pas des mêmes avantages sociaux qu’un salarié d’entreprise.


Le portage salarial, pour combiner les avantages du salariat et du travail indépendant


Depuis les années 80, il existe une forme d’emploi qui permet au travail de combiner les avantages du salariat et du travail indépendant. Il s’agit du portage salarial, un accord tripartite réunissant une entreprise, une société de portage et un consultant. Cette forme d’emploi est fortement conseillée si vous souhaitez vous émanciper des contraintes du salariat, sans pour autant en perdre les avantages.

Vous gardez en effet le statut de salarié et tous les avantages qui vont avec comme une couverture sociale, une rémunération fixe et une indemnisation chômage.

En d’autres termes, vous travaillez comme un indépendant ou un chef d’entreprise, sans perdre les avantages du salariat. Vous pouvez prospecter votre clientèle et négocier vos prestations sans avoir à créer ni à gérer votre propre entreprise, ni à effectuer toutes les démarches administratives y afférant. Depuis 2008, le portage salarial est réglementé, ce qui offre un supplément de sécurité.

Le principe du portage salarial est simple. Le consultant prospecte des clients et choisit les missions qu’il souhaite exécuter et détermine les conditions de travail qui lui conviennent. Il s’adresse à une société de portage qui signe un contrat de prestation avec le client porté et lui verse en contrepartie une rémunération, pendant la durée de la mission.

Le consultant n’aura alors qu’à effectuer la prestation stipulée dans ce contrat de prestation, sans avoir à se soucier de la partie administrative comme la facturation et le recouvrement. Cette partie, c’est la société de portage qui s’en charge. En contrepartie, la société de portage prélève des frais de gestion sur les honoraires du consultant.


Comment recourir au portage salarial ?


Si le portage salarial vous intéresse, sélectionnez votre société de portage avec attention. Adressez-vous à une société de portage qui se porte bien financièrement. Pour cela, référez-vous au montant de sa garantie financière. Vérifiez également le montant de la commission qu’elle prélève.

D’une manière générale, les frais de gestion prélevés par les sociétés de portage se situent entre 5 et 15 % du chiffre d’affaires réalisé par le consultant. Aussi, si vous rencontrez des sociétés qui proposent des commissions nettement inférieures, renseignez-vous au préalable sur la qualité de ses prestations avant d’arrêter votre choix.

Ne négligez pas non plus les perspectives de développement de réseau qu’offre la société de portage ainsi que les opportunités de formations qu’elle propose.

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE