sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

3 erreurs à ne pas faire pendant son congé sabbatique

conges sabbatique erreur

En France, le congé sabbatique est accordé aux salariés qui justifient d'au moins 36 mois d'ancienneté au sein de leur entreprise et ont à leur actif 6 années de vie professionnelle (non nécessairement consécutives). Le congé sabbatique fait partie des congés pour convenance personnelle, et le motif n'a pas à être précisé à l'employeur. Besoin de "couper" avec la vie professionnelle, envie d'entreprendre un tour du monde, de vous occuper de vos enfants, de fonder votre entreprise ? Le congé sabbatique est fait pour vous ! Afin que celui-ci se déroule dans les meilleures conditions possibles, il est essentiel de bien connaître vos droits pour éviter de commettre certaines erreurs. Voici 3 impairs à ne pas commettre pendant votre congé sabbatique. 
 

Rappel des grandes lignes du congé sabbatique :
  • Durée du congé : 6 à 11 mois
  • Conditions requises : 6 ans d'activité professionnelle et 36 mois d'ancienneté dans l'entreprise
  • Date  de la demande : 3 mois avant la date de départ souhaité

 

Erreur n°1 : couper complètement les ponts avec son employeur

Quel que soit votre projet, n'oubliez pas que l'hypothèse d'un retour dans l'entreprise est à envisager. Même si, au regard de la loi, vous avez l'assurance d'être réintégré à votre retour, à votre poste ou dans un poste similaire assorti d'une rémunération au moins équivalente, ayez à l'esprit qu'en votre absence les choses bougent, et votre réintégration pourrait être un moment difficile. Aussi, il est toujours préférable de conserver de bons rapports avec votre employeur, et de préparer et anticiper votre retour. Il ne s'agit pas de donner des nouvelles quotidiennement, mais plutôt d'agir pour que l'on ne vous oublie pas : prendre des nouvelles de ses collègues, informer votre employeur de l'avancée de vos projets, vous renseigner sur le quotidien de l'entreprise...
 

Erreur n°2 : faire concurrence déloyale à l'entreprise qui vous accorde ce congé

Pendant toute la durée du congé sabbatique, le salarié est soumis à une interdiction de concurrence déloyale vis à vis de son employeur. Cela signifie qu'il ne peut exercer, pour le compte de sa propre entreprise ou pour le compte d'une entreprise concurrente, une activité de manière déloyale. Détournement de clientèle, dénigrement de l'entreprise cible, et toute action qui pourrait causer du tord à l'employeur principal. Un salarié accusé de concurrence déloyale risque évidemment d'être sanctionné, sanction pouvant aller jusqu'au licenciement.

 

Erreur n°3 : Démissionner sans respecter son préavis

La fin du congé sabbatique peut déboucher sur la volonté du salarié de quitter l'entreprise, pour prendre une nouveau départ, changer de voie, monter son entreprise... Mais le contrat étant suspendu, le préavis en cas de départ s'applique de plein droit. Ce n'est pas parce que vous êtes en congé sabbatique que vous pouvez vous défaire de cette obligation légale. Attention à bien l'avoir à l'esprit au moment où vous prenez votre décision ! 
 


Conclusion : 

Lors de votre congé sabbatique, n'oubliez pas que vous êtes toujours sous contrat chez votre employeur, et que par conséquent vous avez aussi des devoirs vis à vis de votre entreprise. Non concurrence, information, respect du préavis... Pour que votre retour dans l'entreprise (ou votre départ de l'entreprise) se déroule dans les meilleures conditions possibles, veillez à éviter ces erreurs qui pourraient vous placer, vous et votre employeur, dans des situations délicates voire conflictuelles. 


 

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE