sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

Congé maternité : Jumeaux, triplés, quadruplés, qu'est ce qui change?

 

Bonne ou mauvaise surprise, vous attendez non pas un mais plusieurs enfants. Quelles sont les aménagements prévus de votre congé maternité ? Que se passe-t-il en ce qui concerne la durée ? Qu'est ce qui change en matière d'indemnités ? Zoom sur les spécificités des naissances multiples et les aménagements prévus par le code du travail. 

congé maternité et jumeaux

I- Aménagement de la durée du congé 

a) Pour les jumeaux 

Lorsqu'une salariée attend des jumeaux, son congé maternité s'élève à 34 semaines. (contre 16 semaines pour un enfant seul jusqu'à 1 enfant à charge ou 26 semaines à partir du troisième enfant à charge).

Le congé pré-natal de la salariée enceinte de jumeaux est donc de 12 semaines avant la date prévue de l'accouchement et le congé postnatal de 22 semaines après. 

Le congé prénatal peut toutefois être reporté, sous réserve de l'accord du médecin ou de la sage femme qui suit la grossesse de la salariée, dans une limite de trois semaines avant la date de l'accouchement. Dans ce cas, le congé postnatal est augmenté d'autant. La salariée peut également anticiper son congé prénatal, dans la limite de quatre semaines (le congé postnatal est augmenté d'autant). 
 

b) Pour les triplés, quadruplés...

Lorsque vous attendez des triplés, le congé maternité est allongé à 46 semaines, dont 24 semaines avant la date présumée d'accouchement et 22 semaines après la date présumée d'accouchement. Cette règle est également applicable pour les quadruplés, quintuplés...

Comme pour les jumeaux, la salarié peut décider avec l'accord de son médecin de reporter le début de son congé prénatal (jusqu'à trois semaines), le congé postnatal étant augmenté d'autant. 
 

II- Les indemnités pour les naissances multiples

Les naissances multiples ouvrent donc droit à un congé maternité d’une durée plus longue que pour les naissances simples. Les indemnités journalières de la sécurité sociale étant versées pendant toute la durée du congé, elle sont logiquement plus conséquentes que pour une naissance simple. 

Pour rappel, les conditions d'accès à l'indemnité journalière sont les suivantes :

La salariée doit pouvoir justifier de 10 mois d'immatriculation comme assurée sociale, à la date présumée de son accouchement. Elle est aussi dans l'obligation d'avoir travaillé au minimum 200 heures au cours des trois mois ou des 90 jours précédent le début de sa grossesse ou le début du congé prénatal. Pour percevoir l'indemnité journalière de repos, la salarié doit cesser toute activité salariée pendant 8 semaines minimum, soit la période d'interdiction absolue d'emploi des femmes avant et après l'accouchement précisée par le code du travail. 

L'indemnité journalière est versée pour chaque jour du congé maternité, y compris les weekends et jours fériés, et son montant est calculé sur la base du salaire moyen perçu au cours des trois derniers mois qui précèdent le congé prénatal, ou des 12 mois en cas d'activité saisonnière ou discontinue. 
 

Conclusion 

Naissance multiple signifie congé maternité plus long, et donc difficultés potentielles au moment de la réintégration de l'entreprise. En effet, même si la loi indique que vous devez retrouver votre emploi ou un emploi similaire assorti d'une rémunération au moins équivalente au retour de votre congé, le retour à l'emploi s'avère parfois plus compliqué que cela. Si vous attendez des jumeaux, 34 semaines correspondent à presque 9 mois, au cours desquels beaucoup de choses peuvent se passer. A vous par conséquent d'avoir à l'esprit cela dès le début de votre congé, en prenant quelques nouvelles de votre entreprise de façon régulière, en essayant de vous renseigner sur l'actualité, les projets, ce qui s'y passe...Bref, faites tout pour que l'on ne vous oublie pas ! 

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE