sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

Comment (bien) plaquer son boss le jour de la Saint Valentin !

Publie le 14 Février 2017 13:59

Vous êtes sous contrat à durée déterminée mais votre employeur ne parvient plus à vous satisfaire ? Vous ne savez pas comment lui annoncer que cette autre entreprise qui propose des smoothies gratuits au petit déjeuner a ravi votre cœur ? Voici ce que vous devriez savoir avant de vous séparer de votre employeur !

1) Dite lui de façon claire et non équivoque !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S’il n’est pas clair et peut-être interprété de plusieurs façons, votre message ne vaudra pas démission. De même, le simple fait d’abandonner votre poste ne pourra être considéré comme la volonté de démissionner. Sachez que la loi ne vous impose pas de présenter un motif de démission à votre employeur. Quelle que soit la raison qui vous pousse à partir, vous pouvez démissionner sans avoir à répondre à votre employeur s'il vous demande vos raisons. Libre à vous donc, d’être ou non sincère, de parler ou non de la qualité inégalée des smoothies de cette entreprise qui souhaite vous recruter.


Ne démissionnez pas de façon abusive !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre employeur vous a brisé le cœur : vous vous étiez tellement investi pour l’impressionner mais finalement il a préféré donner ce poste dont vous rêviez à ce bon à rien de Jean-Claude avec son sourire de faux-cul. Pour autant, ne laissez pas le côté obscur vous dominer, ne laisser pas la haine vous envahir, et surtout, ne présentez votre démission avec l’intention de nuire à votre employeur. Vous pourriez être condamné au versement de dommages et intérêts, ce qui achèverait certainement de vous plonger du mauvais côté de la force.

 

Evitez les ruptures trop brutales !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui, vous êtes certainement pressé de rejoindre cette jeune entreprise prometteuse, où vous pourrez travailler dans un hamac, avec un distributeur de smoothie à côté. Mais pensez à votre malheureux employeur que vous comptez abandonner à ses problèmes. La moindre des choses et de lui laisser le temps de vous trouver un remplaçant… Et puis si vous n’êtes pas d’accord, de toute manière vous n’avez pas le choix ! La loi vous impose de respecter un délai de préavis entre le moment où vous présentez votre démission et celui où vous quittez réellement l’entreprise. Ce délai peut être prévu dans la convention collective ou l’accord collectif auquel vous êtes rattaché. Il se peut aussi qu’il soit déterminé par un usage dans votre entreprise ou votre profession.

 

Sauvez ce que vous pouvez !

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous auriez peut-être préféré le divorce à l’amiable (rupture conventionnelle), histoire de récupérer une indemnité. Mais les circonstances font que vous êtes plutôt sur un modèle de divorce contentieux. Ou peut-être que vous souhaitez simplement ne pas risquer de vous retrouver ligoté à une chaise, une lampe braquée sur vous et votre boss vous demandant, de sa plus belle intonation mafieuse, de lui expliquer précisément en quoi il n'est pas un employeur modèle pour vous.

Si vous avez suffisamment travaillé votre regard de chien battu, ou que vous savez que votre employeur ne supporte plus vous entendre chanter au travail, vous pouvez lui demander de vous dispenser de la période de préavis et de vous verser une indemnité compensant l’absence de ce délai. N’oubliez pas, par ailleurs, de demander vos indemnités compensatrices de congés payés s’il se trouve que vous n’avez pas pris des congés que vous avez accumulés.

 

Conservez tout de même quelques souvenirs !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au moment de votre démission, votre employeur va vous offrir divers documents, à commencer par un papier qui récapitule votre relation (aussi appelé certificat de travail). Mais aussi, une attestation Pôle emploi permettant notamment à cet organisme de déterminer si le motif de votre démission est légitime et vous permet de toucher les allocations chômage. Il vous remttra par ailleurs le solde tout compte qui est, grosso modo, un inventaire de toutes les sommes qui ont pu vous être versées lorsque vous avez rompu votre contrat. Enfin, votre boss vous donnera un document récapitulatif de votre investissement dans d'éventuels projets communs que vous aviez ; enfin surtout dans son projet entrepreneurial en fait. Ainsi, vous y trouverez des informations relatives à l'ensemble des sommes et valeurs mobilières épargnées ou transférées au sein de l'entreprise dans le cadre des dispositifs de participation, d'intéressement et des plans d'épargne salariale.

 


En bref :

Si vous souhaitez rompre avec votre boss, dite le lui de façon claire et non équivoque, évitez tout abus au cours du processus, ne l’abandonnez pas subitement (laissez-lui le temps d’accepter la dure réalité avant de le quitter brutalement). Essayez de récupérer de l’argent (ça peut toujours servir !) au travers de l’indemnité compensatrice de préavis et éventuellement, au travers de celle compensatrice de congés payés. Et n’oubliez pas d’emporter quelques souvenirs qui pourront toujours vous être utile à l’avenir.

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE