sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

5 points à vérifier avant de signer votre CDI

Publie le 08 Décembre 2014 14:23

 

devez-vous signer votre contrat de travail ?

Heureux d'avoir trouvé un emploi en CDI, un candidat sera bien souvent enclin à signer rapidement son contrat de travail. Au risque de survoler quelques petits détails qui peuvent avoir leur importance lors de la relation de travail. Récapitulatif des 5 points auxquels un futur salarié doit prêter une attention particulière avant de signer son contrat de travail.

 

1 - La nature du poste correspond-elle à vos attentes ?

Avant de signer votre contrat de travail, vérifiez que l'intitulé du poste, et surtout les fonctions que vous occuperez, correspondent bien à ce que vous aviez compris au moment de votre embauche. En effet, il serait problématique de vous retrouver à un poste ne correspondant pas à vos qualifications et compétences. Si vous êtes sur-qualifié par rapport au poste, vous risquez vite de ne trouver aucune motivation et aucune source d'épanouissement dans votre travail. Si au contraire vous n'avez pas les compétences nécessaires, alors vous risquez vite d'être dépassé, de développer un sentiment d'impuissance face à ce que votre supérieur exige de vous. C'est le stress assuré, voire le risque de burn-out.

Vérifiez donc que la nature du poste correspond à vos attentes, avant de signer votre CDI. En cas de doute, n'hésitez pas à demander des précisions à votre employeur.
 

2 - Le salaire vous convient-il vraiment ?

Parfois, il arrive que lors des négociations, l'employeur demande au candidat si le salaire qui lui est proposé lui convient. Et parfois, il se peut que le futur salarié accepte un salaire jugé trop faible, que ce soit par rapport à sa formation et ses diplômes, ou par rapport aux responsabilités et à la nature des tâches qui vont lui être confiées. Pourquoi ? Peut-être par peur que l'employeur ne propose finalement l'offre à un autre candidat, ou pour montrer à l'employeur que sa motivation pour le poste n'est pas motivée que par l'argent mais par un réel intérêt.

Ainsi, le candidat accepte parfois l'offre, même si le salaire ne lui convient pas tout à fait, en se disant qu'il demandera par la suite une augmentation.

C'est l'erreur à ne pas faire. En effet, il est d'une part plus difficile de demander par la suite une augmentation plutôt que de convenir d'un niveau de salaire optimal dès l'embauche. D'autre part, il est souvent démotivant de travailler beaucoup en ayant l'impression d'être sous-payé.

Si vous avez l'impression que votre salaire ne reflète pas les exigences imposées par le poste, discutez-en avec votre employeur avant de signer votre contrat. Au mieux, il vous accordera votre réclamation, au pire, il la refusera. Mais il y a très peu de chance qu'il décide finalement de ne pas vous prendre, surtout si vous lui avez fait bonne impression lors de l'entretien d'embauche.
 

3 - Vérifiez les horaires de travail

Selon la nature de votre emploi (employé ou cadre, travail de nuit ou de jour, etc.), vous n'aurez pas la même réglementation sur le temps et les horaires de travail.

Au moment de signer votre CDI, vérifiez que ces horaires de travail respectent bien la réglementation, et notamment la convention collective.

La loi prévoit des durées maximales du travail, journalières et hebdomadaires, qu'il convient de respecter. Dans le cas contraire votre employeur et vous pourriez encourir des sanctions.
 

4 - Ne prenez pas la clause de mobilité à la légère

Cette clause de mobilité est parfois insérée dans un contrat, lorsqu'un employeur prévoit qu'il devra modifier le lieu de travail de son salarié pendant la durée de son contrat de travail. Si tel est le cas, prenez connaissance des modalités de la clause (où pouvez-vous potentiellement être envoyé ? Pendant combien de temps ? Et des conséquences que cela peut avoir sur votre vie personnelle (surtout si vous avez une famille).

Si vous signez un contrat de travail comportant une clause de mobilité, alors vous ne pourrez pas par la suite refuser à votre employeur une mutation. Si vous vous y opposez, il pourrait vous licencier avec une cause réelle et sérieuse, et dans ce cas, cela signifie que vous ne toucherez pas d'indemnité.

Vérifiez aussi que la clause de mobilité définit de manière précise la situation géographique où vous êtes susceptible d'être envoyé. Si tel n'est pas le cas, vous pouvez la refuser. Ainsi, la Cour de Cassation a accordé des dommages et intérêts à une salariée qui avait été licenciée pour avoir refuser de se plier à une clause de mobilité. Ladite clause impliquait "la mobilité géographique [de son] poste dans la zone d'activité de l'AIAC (région Alsace-Lorraine) laquelle pourra être étendue en cas d'extension d'activité." La Cour a jugé que la clause était trop peu précise, et elle a requalifié le licenciement de la salariée en licenciement sans cause réelle et sérieuse.
 

5 - Avez-vous pensé aux avantages en nature ?

Il arrive souvent que l'employeur accorde des avantages nature à ses salariés : tickets restaurant, remboursement des frais de transports, téléphone, ordinateur, voiture, etc.
Ces avantages dépendent bien évidemment de la nature de votre emploi.

En ce qui concerne les avantages liés aux repas, un employeur n'est en aucun cas obligé de fournir des tickets restaurants à ses salariés. Toutefois, la pratique est assez répandue au sein des entreprises; vous pouvez donc vous enquérir de savoir si votre employeur propose cette prise en charge.

Sachez que les tickets-restaurants sont un gain de pouvoir d'achat. En effet, la participation patronale est de 50 à 60% par ticket. Le reste est une participation salariale, déduite du salaire brut.
Pour faire simple, dites-vous que pour un ticket restaurant d'une valeur de 10€, vous ne le "payerez" que 4 à 5€. Et ce ticket est valable aussi bien dans un restaurant que pour faire ses courses en supermarché dans une certaine limite.
 


Conclusion

Ne vous précipitez pas au moment de signer votre CDI. Il est très important que vous l'ayez lu en entier et dans les détails, et que vous acceptiez toutes les mentions présentes. En effet, une signature de votre part vous engage juridiquement au respect de ce contrat. Par la suite, le manquement à vos obligations pourrait vous valoir un licenciement avec cause réelle et sérieuse, ou le paiement de dommages-intérêts à votre employeur.


 

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE