sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

Pouvez-vous être indemnisé pour ne pas avoir assez de travail ?

Publie le 02 Mai 2018 15:51

En voici une question étonnante, qui est pourtant le reflet d’une certaine réalité. Dans certaines entreprises, les salariés s’ennuient. Cela peut être dû à un manque d’intérêt pour les tâches qu’il a à accomplir, mais cela peut aussi provenir du fait que le travail manque. Récemment, un salarié a été indemnisé, car son employeur ne lui donnait pas assez de travail à faire. Alors, est-il possible de condamner son employeur qui nous paye à ne rien faire ?

bore-out mise au placard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une entreprise a récemment été condamnée à verser 50 000 euros à un ancien salarié par le Conseil de prud’hommes de Paris, sur le fondement d’un harcèlement moral et du fait de ne pas lui avoir donné assez ... de travail !

Ce salarié travaillait pour une entreprise spécialisée dans la distribution de parfum en tant que responsable des services généraux. Après la perte de clients dans l’entreprise, il est victime d’une mise au placard et est ensuite licencié. Ce licenciement a pour motif une absence prolongée perturbant le bon fonctionnement de l’entreprise, alors qu’il est en arrêt maladie.

Il faut noter que malgré cette condamnation, qui est une première dans le domaine, les deux parties ont fait appel de la décision.

Dans cette affaire, il est donc question d’un côté d’une mise au placard et de l’autre de l’apparition d’une forme de bore-out, une pathologie de plus en plus fréquente dans le monde du travail.

La mise au placard est une forme de harcèlement

La mise au placard d’un salarié constitue une sanction de l’employeur, qui se révélera toujours illégale. C’est une forme de mise à distance d’un salarié en l’ostracisant, en lui confiant moins de dossiers, de responsabilités jusqu’à ce qu’il se trouve exclu. Cette exclusion ne vaut cependant pas un licenciement. C’est une forme de harcèlement difficile à détecter et longue à prouver. L’objectif de tels agissement est généralement d’obtenir la démission du salarié visé.

Dans ce genre de situation, il est conseillé de prendre rendez-vous avec un avocat pour discuter des possibilités de recours qui existent.  La mise à l’écart est une cause de nullité d’un licenciement et l’employeur peut être condamné sur ce fondement.

 

http://www.coindusalarie.fr/question-juridique

 

 

 

 

 

 

L’apparition du bore-out

Le bore-out est le pendant du burn-out, en étant son exact inverse. Il ne s’agit non pas d’une surcharge de travail, mais d’un ennui profond, qui rendrait malade les salariés dont le travail n’a pas ou plus de sens.

Tout comme le burn-out, le bore out n’est pas officiellement reconnu et il constitue une des nouvelles pathologies du travail, plutôt désignée au tribunal comme un épuisement professionnel ou une forme de dépression.

Le bore-out est une souffrance qui détruit la personnalité des salariés sans activité, comme l’indique Christian Bourion, chercheur, après s’être penché sur le sujet depuis 2011.

Le sens au travail et la quête d’une utilité dans la société sont des problématiques de plus en plus présentes pour les salariés, alors que 30% des salariés européens déclarent s’ennuyer au travail. Maintenir la motivation de ses salariés et garantir leur épanouissement semble un grand défi pour l’entreprise de demain.

Alors, après le burn-out, le bore-out sera-t-il la prochaine question de santé publique ?

PARTAGER CET ARTICLE