sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

Voulez-vous vraiment quitter votre travail ?

Publie le 27 Janvier 2014 17:39

Licence creative commons Marco Bellucci
Posez vous les bonnes questionsAvant de conclure une rupture conventionnelle et de définitivement claquer la porte, posez-vous les bonnes questions.
Vous devez bien entendu répondre à des questions très pratiques, telles que "Suis-je satisfait de mon salaire ?", "Mes horaires me conviennent-ils ?" ou encore "Mon lieu de travail n'est-il pas trop éloigné de mon domicile ?". Mais ces questions, vous y avez souvent déjà répondu. Nous vous proposons des questions plus précises pour vous aider à faire votre choix.

Vos difficultés sont-elles imputables à votre travail ?

Il s'agit de bien identifier les raisons de votre ras-le-bol. Si vous supportez moins votre travail, c'est peut être pour des raisons extérieures à celui-ci. Il peut s'agir d'une rupture, de soucis avec votre famille, ou encore de problèmes de santé. Posez-vous pour cela la question de savoir à quel moment vos difficultés sont apparues, pour mieux réussir à en trouver la cause. Si la cause de votre mal être n'est pas professionnelle, alors une rupture conventionnelle n'est pas la solution à vos problèmes.

Que vous apporte votre travail ?

Vous devez faire une liste des bons cotés de votre job, de tous les aspects que vous voudriez retrouver dans un prochain emploi. Si les seuls points positifs sont que la photocopieuse ne soit jamais en panne, ou encore que la machine à café ne soit pas trop loin de votre bureau, alors la rupture conventionnelle peut être envisagée. Elle va vous permettre de percevoir des indemnités mais également l'allocation chômage, ce qui vous donnera du temps pour retrouver un emploi qui vous convient mieux.

Quelles sont vos évolutions de carrière ?

Si des évolutions de carrière sont possibles, alors reconsidérez votre départ. En effet, un nouveau poste avec de nouvelles responsabilités pourra vous redonner goût au travail.
A l'inverse, si vous savez déjà que vos possibilités d'avancement sont quasi nulles, alors considérez sérieusement l'option de la rupture conventionnelle. Vous pouvez avoir une idée de vos chances d'avancement en raison du peu de postes à pouvoir par rapport au nombre de demandes par exemple, ou si votre hiérarchie vous a systématiquement refusé toute évolution de carrière depuis un nombre important d'années.

Quels sont vos rapports avec votre hiérarchie et avec vos collègues ?

Ces rapports que vous entretenez avec eux, mais également qu'ils entretiennent entre eux, sont d'une grande importance. Très souvent, le départ d'un salarié (à son initiative) est motivé par une mauvaise ambiance au travail. Il est donc primordial de vous demander ce que vous pensez du climat à la fois entre collègues, mais aussi avec la hiérarchie.
Entretenir des bonnes relations avec ses collègues est une chance que vous ne retrouverez peut être pas ailleurs.

Les valeurs de votre entreprise vous conviennent-elles ?

Il ne faut pas négliger cette question, il en va de l'image que vous avez de vous-même. Si vous avez mis un mouchoir sur vos valeurs pour travailler dans cette entreprise (par exemple en acceptant un poste dans une boucherie alors que vous êtes végétarien) la situation ne peut pas durer sur le long terme. Vous pouvez dès lors envisager très sérieusement la rupture conventionnelle qui pourra être l'occasion d'une reconversion professionnelle, afin de changer de secteur.

La limite : le burn out

Le burn out, ou en français, l'épuisement professionnel : ce n'est plus une simple situation de "ras-le-bol", c'est une situation qui a des conséquences sur la santé du salarié. Ce n'est donc plus d'une rupture conventionnelle dont il va s'agir, mais d'une prise d'acte de la rupture du contrat de travail aux torts de l'employeur. Ce dernier est tenu à une obligation de sécurité de résultat s'agissant de la santé de ses salariés, et l'épuisement professionnel constitue un manquement à cette obligation.
Le burn-out peut être provoqué par une surcharge de travail, ou par des objectifs inatteignables, par une pression constante exercée sur le salarié...
Cette situation s'apparente à du harcèlement.

Conclusion

Vu le contexte économique actuel, posez-vous les bonnes questions afin de définir si votre envie de quitter votre travail est passagère ou au contraire, plus profonde. Ne signez pas de rupture conventionnelle à la légère, au risque de ne retrouver d'emploi que moins plaisant que celui que vous avez quitté, ou même, ne pas retrouver d'emploi du tout.
Si votre mal être au travail prend de l'ampleur, attention à ne pas être dans une situation d'épuisement professionnel, qui nécessiterait alors une prise d'acte de la rupture du contrat de travail aux torts de l'employeur.

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE