sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

Entretien d’embauche côté employeur : les conseils d’un recruteur

Publie le 13 Juin 2013 18:25

entretien d'embauche employeur

La manière de sélectionner ses candidats a considérablement évolué au cours des 10 dernières années, avec notamment l’essor des nouveaux modes de recrutement rendus possibles par Internet. Mais où en est le recrutement aujourd’hui ?  Christophe Beatrix a œuvré en tant que responsable opérationnel dans le domaine du transport aérien puis du service aux entreprises. Dans ce cadre, il a notamment recruté les commerciaux et agents de service dont il était responsable. Il a ensuite travaillé pendant deux ans en cabinet de recrutement. Dans cette interview, il dresse un  état des lieux du recrutement aujourd’hui, évoquant notamment les axes d’amélioration, l’inévitable marge d’erreur, et livrant des conseils précieux aux candidats comme aux employeurs pour réussir leurs entretiens d'embauche. Farouchement opposé aux nouvelles méthodes de recrutements du web, il est adepte d’une méthode de recrutement plus « humaine ».
 

Le «bon recrutement»

Un bon recrutement c’est d’abord une bonne préparation et une vraie lecture du CV. Je ne suis pas de ceux qui demandent au candidat de me raconter leur CV, en revanche je serai capable de les mettre face à une incohérence dans leur discours.  D’autre part, j’essaie dans la mesure du possible de réaliser l’entrevue avec la personne avec laquelle le candidat va collaborer au quotidien.

J’ai aussi pour habitude de repasser à l’accueil en fin d’entretien pour demander comment s’est comportée la personne pendant l’attente. Ce n’est pas vital, mais cela donne parfois un regard complémentaire sur sa sincérité comportementale, son côté vraiment relax ou faussement sociable, etc.
 

Recrutement : l’inévitable marge d’erreur

Au cours de ma carrière de recruteur, j’ai le souvenir d’un recrutement qui m’a réellement marqué.  Il m’a conforté dans l’idée que même avec toutes les précautions possibles il peut encore y avoir une marge d’erreur. Ce recrutement concernait un électromécanicien pour une compagnie d’entretien de matériel de dégivrage. Pour ce poste la définition était claire et précise, peu compliqué contrairement à la plupart des offres d’emploi que l’on a l’habitude de voir aujourd’hui. Il s’agissait d’une vraie demande technique et professionnelle. Nous avons rencontré trois candidats, dont un se démarquait par son expérience en mécanique poids lourd, une des exigences. Ce candidat a été vu par le directeur de l’unité, testé techniquement une journée par le chef d’atelier, puis le contrat signé. Hélas, au bout d’une semaine c’était la catastrophe, le nouveau salarié commettait erreurs sur erreurs et nous a été retourné. En cause, une incapacité qu’aucune entrevue n’aurait pu déceler, mais que le terrain à découvert : son stress. Dès qu’il fallait faire vite, le candidat perdait ses moyens et empirait sa situation de production. Cela à été notre seule erreur de recrutement en deux ans de prestation.

Le recrutement aujourd’hui

Aujourd’hui les entreprises ne savent plus ou donner de la tête et les DRH et recruteurs utilisent à l’excès les réseaux sociaux et le web en pensant que cette confortable surabondance de profils va les « sauver »… De fait, les candidats doivent être partout et passer plus de temps à faire de la communication plutôt que de se demander s’ils se verraient vraiment 5 ans, 10 ans, 20 ans dans cette entreprise, ce qui leur permettrait de choisir de manière plus rigoureuse.

Les annonces interminables et sur détaillées ne servent pas à grand chose, c’est réellement sur le terrain qu’il faut faire les sélections. Il faut également accepter le fait que quoi que l’on fasse la marge d’erreur positive ou négative existe. A l'heure actuelle, le manque flagrant de considération, d’intégrité et de lucidité de certaines entreprises dans leur façon de faire m’interpelle : lancer des annonces si le recrutement est prévu en interne sans le dire dans le texte, envoyer une lettre de refus 24h plus tard après avoir dit que la réponse prendra dans les deux semaines sont encore monnaie commune dans le monde du recrutement.

Autre type de négligence : ne plus donner de nouvelles aux candidats. En ce qui me concerne, j’ai toujours personnellement rappelé pour les réponses positives ou négatives.

Difficulté de l’entretien d’embauche : discerner le vrai du faux

Il est à mon sens extrêmement compliqué de discerner le vrai du faux dans les propos de votre candidat. Car ce que l’on voit en entretien peut tout à fait être en décalage avec la réelle personnalité de votre vis-à-vis : une personne nerveuse en entrevue va pouvoir retrouver son calme une fois en poste : elle est devant ce qu’elle connaît. Idem pour le calme olympien de façade. Un entretien de recrutement devrait à mon avis se faire après une journée d’essai et non avant.
 

L’avenir du recrutement

J’espère que très bientôt le recrutement va revenir à plus de simplicité, va revenir à ses origines avec une activité marquée par le responsable et le durable. Il serait temps : il est inadmissible pour des professionnels et des diplômés dans une matière aussi importante d’accepter la confusion et le gaspillage. Il y’a sur le marché des candidats compétents, motivés, formés qui pointent encore au chômage simplement parce qu’ils ne connaissent pas le dernier site de recrutement à la mode ou la dernière tendance en matière de CV.

Le web est un outil formidable, c’est une bibliothèque extraordinaire et un progrès immense en matière de partage des connaissances. Mais comme dans une bibliothèque, si vous ne savez pas ce que vous cherchez vous y perdez votre temps, à plus forte raison si vous ouvrez les livres sans prendre le temps de lire. Le recrutement entrera dans sa phase durable et responsable dès qu’il sera local, simplifié et redeviendra biologique, c'est-à-dire lorsque l’aspect humain du recrutement retrouvera sa place. Arrêtons de penser que les écrans vont tout faire.

Pour en savoir plus sur les entretien d'embauche : 


 

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE