sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

5 phrases du nouvel embauché qui croit au Père Noel

Publie le 12 Décembre 2013 12:40

nouvel embauché qui croit au père noel

Heureux d’avoir décroché un nouvel emploi, on est souvent aveuglé par l’euphorie de la réponse positive. Dans ce contexte on a quelques fois tendance à s’emballer, à idéaliser le job voire à penser que le plus dur est fait, alors que vous avez tout à prouver. Voici 5 phrases du nouvel embauché qui croit au Père Noël.

1°) Ma période d’essai sera validée à coup sûr

« S’ils m’ont pris c’est qu’ils veulent nécessairement me garder ». Ne commettez pas cette erreur de jugement. Nouvel embauché, on a misé sur votre potentiel. Mais le recrutement est une science inexacte, les recruteurs le savent. Dès lors, vos premiers pas au sein de l’entreprise seront observés avec attention. Avec indulgence certes, mais non sans une certaine exigence. C’est dans cette période cruciale (entre 1 et 4 mois généralement) que vous devrez envoyer des signaux positifs à votre employeur, et faire preuve d’une implication sans faille. Mais tant que votre période d’essai n’est pas validée, ne vous méprenez pas, vous n’êtes pas protégé !

2°) Mon salaire sera réévalué en fonction de l’inflation

On dit souvent que les salaires suivent l’évolution générale des prix l’inflation). Pourtant, à l’exception des salariés rémunérés au SMIC, aucune loi n’oblige l’employeur à réévaluer les salaires de ses salariés en fonction de l’évolution du salaire minimum, ou de tout autre indice. En pratique, les salaires n’augmentent que dans deux situations précises : soit à l’occasion d’une négociation individuelle entre l’employeur et le salarié, soit au cours de négociations conclues entre les partenaires sociaux.

3°) Je vais partir en congé sabbatique dès ma première année

Si vous cherchez un emploi pour partir en voyage avec l’assurance de retrouver un emploi à votre retour, vous faites fausse route ! Le congé sabbatique, qui est un congé « pour convenance personnelle » peut effectivement vous être accordé pour une durée de 6 à 11 mois, mais à condition d’avoir au minimum 3 ans d’ancienneté dans l’entreprise au moment du départ ! En outre, vous devez justifier de 6 années d’activité professionnelle pour pouvoir y prétendre…

4°) Je toucherai des primes dès le premier mois

En vous expliquant le système de rémunération, le responsable des ressources humaines ou le manager qui vous a reçu vous a parlé d’un système de primes sur objectifs. N’imaginez pas que vous toucherez vos primes dès votre premier mois, car à moins d’être doté d’un talent hors norme ou d’avoir une expérience telle que ce nouvel emploi sera pour vous une simple continuité par rapport à votre emploi précédent, vous passerez inévitablement par une phase d’adaptation, d’apprentissage, au cours de laquelle vous prendrez vos marques et ne pourrez être au meilleur de votre performance.

5°) Embauché pour un job bien payé, je peux m’endetter immédiatement pour réaliser mon rêve !

Vous vous êtes démené pour décrocher LE JOB, ce poste qui vous faisait rêver, qui va vous rapporter gros et vous permettre de réaliser votre projet : devenir propriétaire. Dans l’euphorie de la réponse positive, vous amorcez vos recherches, dénichez la bonne affaire et foncez voir votre banquier pour obtenir un prêt. Grossière erreur. Vous pensez avoir fait le plus dur en décrochant le poste ? Revenez sur terre, le plus dur est devant vous ! Tout reste à prouver et vous ne pourrez vous considérer « en sécurité » qu’une fois votre période d’essai validée !

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE