sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

Comment se reconstruire après un harcèlement moral au travail ?

Caroline ATTIAQu'est-ce que le harcèlement moral au travail ? Comment se matérialise le harcèlement moral au travail ? Comment le salarié peut-il se sortir d'une telle situation ? Quel est le rôle du psychologue ? Comment le salarié peut-il se reconstruire suite à un harcèlement moral ?

Caroline ATTIA est psychologue clinicienne, membre du réseau national de consultations « Souffrance et Travail ».  Elle exerce dans son cabinet situé à Paris et intervient aussi dans les entreprises dans le domaine de la prévention des risques psychosociaux. Auparavant, elle a exercé durant 25 ans différents postes financiers dans le domaine bancaire.

 

Qu’est-ce que le harcèlement moral au travail ?

Le terme « harcèlement moral » au travail recouvre d’abord une notion juridique. Le harcèlement moral est un délit pénal puni jusqu’à 30 000 € d’amende, 2 ans d’emprisonnement ainsi que, parfois, le versement de dommages et intérêts à sa victime.

On le définit à l’article L 222-33-2 du code pénal comme étant « des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel ». Les faits de  harcèlement ne sont pas nécessairement commis de manière volontaire et intentionnelle. Enfin, la définition juridique indique qu’il faut des « agissements répétés » mais la jurisprudence montre qu’il n’est pas nécessaire qu’ils se produisent sur une très longue durée.

Attention, seul un juge peut qualifier des faits de « harcèlement » et déclarer que quelqu’un est victime de harcèlement moral à son travail. Il faut donc faire attention à l’utilisation du terme « harcèlement » dans le langage de tous les jours. Pour ma part, en tant que psychologue, je préfère parler de « maltraitance ».

Il existe différents types de harcèlements. Le harcèlement peut parfois être commis par une personne perverse narcissique qui prend plaisir à humilier et voir souffrir ses collègues ou subordonnés. Cela relève alors dans ce cas d’une pathologie psychologique individuelle du harceleur. On parle alors de « harcèlement individuel ». Mais selon mon expérience, la plupart du temps, au travail, le harcèlement moral émane de personnes « normales » qui le commettent en grande partie en raison de l’organisation du travail, laquelle développe des techniques de management pathogènes. Il s’agit donc plutôt d’une problématique institutionnelle. Dans ce cadre, on peut mentionner les pratiques managériales délibérées et les stratégies de harcèlement destinées à se débarrasser d’un salarié à moindre frais. Par exemple des salariés plus âgés, ou qui exercent un mandat de représentant du personnel, des salariés de retour d’expatriation….

Le harcèlement moral au travail peut être commis verticalement ou transversalement, c'est-à-dire par quelqu’un situé au dessus ou en dessous de vous dans la hiérarchie (n+1, n+2, managers, subordonné), ou par un ou des collègues (harcèlement transversal). 
Dans le cas du harcèlement transversal, un collègue (voire toute l’équipe) se déchaine sur un individu considéré comme un mouton noir, l’exclut et le maltraite de manière très violente. En général, les équipes qui se comportent ainsi le font parce qu’elles sont elles-mêmes en souffrance dans l’organisation du travail et cela n’a pas été résolu. Il leur faut donc un bouc émissaire. Bien souvent celui qui est harcelé est alors celui qui est le plus investi dans son travail, celui qui privilégie un travail de qualité, celui qui est un peu différent des autres dans sa manière d’appréhender le travail et pas le salarié le plus fragile !

 

Comment se matérialise le harcèlement moral au travail ?

A - Mécanismes du harcèlement

Au niveau des formes que peut revêtir le harcèlement moral, elles sont hélas très nombreuses ! D’ailleurs la définition légale englobe des effets ou des objets du harcèlement qui sont très variés, depuis la dignité de la personne, ses droits, sa santé, ses conditions de travail, son avenir professionnel…

Dans les mécanismes de harcèlement, on trouve par exemple la mise à l’écart du salarié, les techniques punitives, la suppression des moyens de travail, les injonctions paradoxales (donner des ordres contradictoires au salariés afin de le plonger dans la confusion et le mettre en situation permanente d’échec).

J’aime bien la classification que fait Marie Peze sur le site « Souffrance et Travail » lorsqu’elle parle de sur-utilisation ou de détournement de certains pouvoirs dans la relation de travail. En effet, dans le contrat de travail, il existe un lien de subordination donc il est normal pour un salarié d’être dirigé, de voir son travail organisé ou qu’il existe des règles et d’éventuelles sanctions mais parfois il y a des abus et une utilisation exagérée de ces pouvoirs. Ils se trouvent alors « détournés » et leur sur-utilisation répétée donne naissance à des situations de harcèlement.


Je donne ici quelques exemples (non exhaustifs) : 

  • Détournement du lien de subordination : incivilités à caractère vexatoire, refus de dialoguer, remarques injurieuses, mots blessants, critiques systématiques, dénigrement et volonté de ridiculiser, moqueries, pratiques d’isolement (omission d’information et d’invitations sur les réunions, injonction faite aux autres salariés de ne plus communiquer avec la personne désignée..)
  • Détournement des règles disciplinaires : sanctions injustifiées, atteinte aux avancements, refus réitéré des demandes de formation, évaluation et notation abusives, procédure disciplinaire non fondée, affectation autoritaire dans un service, incitation forte à la mutation, à la démission; blocage de la mutation; vacances accordées ou refusées au dernier moment…
  • Détournement du pouvoir de direction  et d’organisation: isoler, ne pas donner de travail, fixer des objectifs irréalisables, confier du travail inutile, modifier arbitrairement les attributions essentielles du poste de travail, prescrire des consignes confuses et contradictoires qui rendent le travail infaisable (ce qui sera reproché dans un second temps), donner du travail sur le mode « mission impossible », refaire faire une tâche déjà bien faite, corriger des fautes inexistantes, faire venir le salarié et ne pas lui donner de travail, déposer les dossiers urgents cinq minutes avant le départ du salarié, mettre en scène la disparition du salarié (supprimer des tâches définies dans le contrat de travail, pour les confier à un autre sans avertir le salarié ; priver de bureau, de téléphone, d’ordinateur, vider les armoires, effacer le salarié des organigrammes)….

 

B - Effets sur la santé

Le harcèlement moral est destructeur pour le salarié qui en est victime. Comme les organisations du travail actuelles sont de plus en plus individualistes, la personne harcelée n’est en général pas soutenue par sa hiérarchie ou par ses collègues qui préfèrent généralement « fermer les yeux ». Elle se retrouve alors dans une très grande solitude  et perd peu à peu tous ses repères : elle ne parvient plus à juger si ce qu’on lui fait et ce qu’on lui demande est « normal » ou pas, juste ou injuste, si elle est fautive ou pas, si elle fait bien son travail ou pas etc…

La personne harcelée pense qu’elle est pour quelque chose dans ce qui lui arrive, elle perd l’estime d’elle-même et sa confiance en elle. Ce qui rend malade c’est la solitude associée à que ce que l’on subit. En réaction, elle développe la plupart du temps ce qu’on nomme une « hyperactivité réactionnelle », c'est-à-dire qu’étant dans le doute sur ses compétences et la qualité de son travail, elle se met à travailler de plus en plus en pensant que cela lui évitera les critiques.

Au début du harcèlement, le salarié développe quelques signes précurseurs  tels que stress, fatigue, anxiété, troubles du sommeil, ennui, hyperactivité réactionnelle. Puis viennent les signes physiques (maux de tête, de ventre, vomissements …).  Si le harcèlement se poursuit et si le salarié reste isolé, sans soutien, cela peut aller jusqu’à une dépression grave, d’autres troubles psychopathologique, des tendances suicidaires, des maladies physiques.

Le harcèlement moral est un véritable traumatisme psychologique et on peut voir des atteintes psychologiques sérieuses se développer dans des temps très rapides, par exemple un état de stress post-traumatique, un tableau clinique qui se rapporte en principe aux temps de guerre et à la confrontation à des situations de mort et qu’on trouve désormais parfois aussi chez les victimes de harcèlement. C’est vous dire la violence psychologique du harcèlement moral pour ses victimes !

 

Quelles sont les conditions à remplir pour que le salarié se sorte d’un harcèlement moral au travail ?

Selon moi, le plus important est de ne pas rester seul face à la situation, réagir le plus rapidement possible et comprendre les mécanismes qui ont été à l’oeuvre.

 

A - Ne pas rester seul

Je vous l’ai dit plus haut, le salarié harcelé perd tous ses repères et, bien souvent, ne peut plus juger si ce qu’il subit est normal ou pas. Ne pas rester seul permet de :

  • Rompre la solitude qui est celle de la personne harcelée,
  • Trouver un tiers à qui on va pouvoir expliquer ce que l’on  vit au travail, de manière concrète et factuelle
  • Retrouver ses repères
  • Envisager des solutions pour se sortir de la situation

Alors, à qui en parler ? Il n’y a pas de règle. Plusieurs interlocuteurs professionnels sont à même de recevoir et d’aider des salariés qui pensent être victime de harcèlement.

  • Le médecin du travail. Le salarié peut lui demander un RV. C’est un interlocuteur tenu par le secret médical qui ne rentrera en contact avec les RH qu’avec l’accord du salarié.
  • Un délégué du personnel (DP) ou un membre du CHSCT (leurs noms sont obligatoirement indiqués sur des panneaux dans les entreprises)  
  • L’inspecteur du travail
  • Un avocat
  • Un médecin généraliste ou un psychiatre.
  • Un psychologue spécialiste du travail et capable d’entendre ce qui se joue sur la scène du travail (par exemple un membre du réseau « Souffrance et Travail »)

Selon les entreprises, éventuellement les RH, mais pas toujours, car le harcèlement a malheureusement parfois la validation silencieuse des RH comme mode de management. 
 

B - Réagir rapidement

Il ne faut pas laisser la situation perdurer. Car les atteintes à la santé physique ou mentale peuvent être graves. La difficulté est que la personne harcelée, qui perd ses repères, commence tout d’abord par se remettre en cause. Elle met du temps à se rendre compte qu’elle vit quelque chose d’anormal. D’où l’importance de ne pas rester seul et de pouvoir en parler dès que possible à l’un ou plusieurs de ces interlocuteurs. 

 

C - Identifier, analyser et comprendre les mécanismes qui ont été à l’œuvre dans sa situation de harcèlement

D - Pour certaines personnes, mais pas pour toutes : obtenir une réparation juridique

La réparation juridique peut faire partie pour certains des conditions pour en sortir. Mais ce n’est pas une règle générale. La reconnaissance par un juge que l’on a été victime de harcèlement permet de faire reconnaitre son propre statut de victime et d’écarter sa propre faute. Cela participe à la réparation psychologique et à la restauration de l’estime de soi. Cependant, se lancer dans un procès peut être long et épuisant et les personnes harcelées sont déjà épuisées par ce qui leur arrive. Certaines personnes préfèrent donc ne pas faire d’action devant les Tribunaux et parviennent quand même à s’en sortir.

 

Quel conseil donneriez-vous à un salarié pour se remettre d’une situation de harcèlement moral au travail ?

A - Ne pas rester isolé. Ne pas dire « ça va passer »

Plus le salarié aura réagi rapidement, moins la situation de harcèlement aura duré et plus il aura de chance de bien s’en remettre. J’insisterais vraiment pour lui dire qu’il ne faut pas rester isolé dans une telle situation et qu’il ne faut pas hésiter à consulter un médecin s’il sent que sa santé se dégrade ou qu’il « n’en peut plus ». Il ne faut pas faire le dos rond en disant « ça va passer », ni résister trop longtemps en pensant que l’on va pouvoir tenir. Car les effets sur la santé physique et mentale peuvent être très sérieux.

La gestion de la situation nécessite la plupart du temps un arrêt de travail qui permet d’extraire le salarié de son environnement pathogène de harcèlement, le temps qu’une solution se fasse jour avec son employeur… ou un nouveau.

  

B - Essayer de rassembler des preuves et consulter un avocat

Au plan juridique je me bornerais simplement à dire qu’il convient de penser à rassembler des éléments factuels de preuve le plus rapidement possible, pour éviter que l’on vous dise que vous interprétez les faits et dans l’éventualité d’une procédure. Et de consulter un avocat pour faire le point.


C - Trouver un espace de parole autre que celui du milieu familial

Enfin, au plan familial, les problématiques de harcèlement (et plus généralement de souffrance au travail) tendent à occuper la totalité des conversations familiales. Cela peut malheureusement avoir des impacts négatifs sur la vie de couple. Il est important de pouvoir partager sa vie professionnelle avec son époux(se) et d’être soutenu mais l’époux(se) n’est pas un(e) professionnel(le). Je  conseillerais au salarié victime de harcèlement de trouver un autre espace de parole (par exemple avec un psychologue) s’il ressent davantage de besoin d’en parler ou s’il constate certains symptômes (diminution de l’estime de soi, perte de confiance, peur d’aller travailler…)      

 

D - Prendre le temps de la réflexion dans la phase de reconstruction

S’il est nécessaire de réagir rapidement au démarrage du harcèlement pour ne pas le laisser s’installer, en revanche il faut prendre son temps dans la phase de reconstruction qui nécessite des décisions ou des modifications professionnelles, nécessitant elles-mêmes un travail psychique qui prend du temps.

 

Quel est votre rôle dans la reconstruction post harcèlement au travail pour un salarié ?

En fait mon rôle débute dans la phase de harcèlement qui est généralement une phase de crise aigue pour le salarié. Celui-ci vient consulter parce qu’il est en souffrance mais il ne sait pas toujours qu’il est victime de maltraitance (de harcèlement). Il faut en effet pouvoir faire la part des choses entre la maltraitance, les conflits et d’autres formes de souffrance dues au stress organisationnel. 

Au cours de cette phase de crise, mon rôle consiste plus précisément à aider le salarié à comprendre ce qui lui arrive, les causes de sa souffrance, à nommer la maltraitance (si c’est le cas) et à le soutenir psychologiquement. Je suis psychologue et j’ai une double écoute, ses émotions bien sûr, mais aussi le réel de son travail, les éléments factuels de  maltraitance.  J’offre un espace de parole et d’écoute qui permet au salarié de sortir de sa solitude et de retrouver ses repères. 

Une prise en charge pluridisciplinaire (médicale, juridique, sociale…) est très importante pour résoudre les cas de harcèlement (et plus généralement aussi dans toute situation de souffrance au travail). J’indique donc également au salarié quels autres interlocuteurs pourraient l’aider concrètement car bien souvent le salarié ne le sait pas. 

Une question revient presque toujours : « Est-ce que c’est de ma faute, est-ce que j’ai fait quelque chose de mal ? ». Le premier réflexe d’un salarié harcelé, c’est de culpabiliser, de se remettre en cause, de douter de lui-même et de ses compétences, de se dire qu’il a mal fait son travail, ce qui aboutit à une perte de confiance et d’estime de soi. Plus la situation de harcèlement a duré, plus cela atteint profondément la confiance et donc les possibilités de reconstruction du salarié. Mon rôle est d’aider le salarié harcelé à retrouver confiance en lui, un préalable à la reconstruction.  

Lorsque la phase aigue est passée, le salarié peut enfin penser à son avenir et à sa reconstruction. Mon rôle est d’aider le salarié à envisager différentes options de reconstruction professionnelle (dans la même entreprise, en dehors…) afin qu’il trouve la solution qui lui convient le mieux. Mais je ne décide pas à sa place ! La reconstruction de certains salariés harcelés s’accompagne parfois d’interrogations personnelles et existentielles, de remises en cause d’un parcours professionnel, de salariés dégoutés qui veulent changer d’orientation ou privilégier leurs temps familiaux…

Si le salarié m’en fait la demande, en tant que psychologue clinicienne, je peux alors l’accompagner dans l’élaboration de ces résonnances entre la situation de harcèlement et sa vie psychique plus intime, à faire éventuellement un travail plus approfondi sur lui-même et selon les atteintes psychologiques consécutives au harcèlement, à lui proposer une prise en charge plus thérapeutique.

Enfin, dans certains cas, mon rôle est d’aider un collectif de travail  à se reconstruire au sein de l’entreprise. Car, d’une part les collègues sont touchés et d’autre part il est bon de comprendre ce qui a pu favoriser l’émergence de tels comportements au sein du collectif de travail, afin d’éviter que cela ne se reproduise.

 

Qu’est-ce qui change pour le salarié victime d’harcèlement moral en entreprise ?

Il  aura éprouvé une fois la violence et l’effroi du harcèlement. Il aura connu la peur sur son lieu de travail. Enfin, il aura souvent connu la trahison de ceux qui n’ont rien fait pour que tout cela s’arrête rapidement. Il y a donc quelque chose de brisé dans l’expérience qu’il a de son travail. Cela constitue un traumatisme psychologique dont les effets sur la santé et les symptômes peuvent se faire sentir pendant longtemps.

Finalement, le salarié victime de harcèlement moral en entreprise connait au moins une triple peine. Tout d’abord il est harcelé (avec tous les impacts possibles que l’on connait en termes de santé physique et mentale), de plus il n’a souvent pas de preuves et donc des difficultés à se faire entendre (on risque de ne pas le croire, voire de l’accuser d’interpréter les faits), et de surcroit il se voit bien souvent obligé de quitter son entreprise et de devoir rechercher du travail ailleurs. C’est sa confiance en lui et dans le monde du travail qui est ébranlée. Son préjudice est important (santé, souffrance morale, carrière professionnelle, finances, risque de précarisation).

 

Comment un salarié peut se reconstruire après avoir été harcelé au travail ?

En se faisant si possible accompagner par différents spécialistes.

Au plan médical, je pense qu’il est nécessaire de s’assurer qu’un état de psychopathologie lié au harcèlement n’est pas en train de s’installer. Pour certaines personnes, c’est la santé physique qui peut être atteinte. Il faut donc y prêter attention et consulter.

Au plan psychologique, il est essentiel de parvenir à restaurer sa confiance et son estime de soi. Cela passe par une analyse et une compréhension du processus de harcèlement, de ses rouages et de ce que l’on a vécu dans sa situation de travail. C’est un travail difficile à faire tout seul qui nécessite souvent un accompagnement psychologique.
Certains salariés se reconstruiront plus facilement s’ils obtiennent une réparation juridique devant les Tribunaux ce qui leur permet de faire reconnaitre leur statut de victime, tandis que d’autres salariés préfèrent renoncer au contentieux qu’ils jugent trop épuisant. Donc pas de règle toute faite pour la réparation juridique, c’est au cas par cas.

Enfin, bien que le harcèlement moral soit interdit, certaines entreprises valident silencieusement le harcèlement qui voit le jour dans leur enceinte, tandis que d’autres sont réellement sensibles à la problématique et faciliteront la recherche de solutions pour les salariés victimes de harcèlement. Bien entendu, ce sera plus simple de se reconstruire dans ces dernières.

 

Quel est votre mot de la fin ? Conclusion

Le salarié qui est victime du harcèlement, même s’il est le plus gravement touché, n’est pas le seul touché. Dans le harcèlement moral au travail, Il y a aussi un « effet boomerang » possible.

En effet, les effets du harcèlement pour les managers qui le commettent peuvent aussi, à terme, être graves pour eux. Certains, prendront un jour conscience (à l’occasion d’un évènement personnel ou  professionnel qui va servir de détonateur) qu’ils ont commis, en tant que managers, des choses atroces qu’au fond, ils réprouvaient. Cela peut les entraîner dans des crises identitaires profondes pouvant aller jusqu’à des conduites suicidaires. 

De plus, les effets du harcèlement sont également très négatifs pour les entreprises : turnover, absentéisme, perte de savoir-faire, coûts supplémentaires etc…

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE