sos avocat

REJOIGNEZ LE COIN DU SALARIE SUR

Le bilan de compétences entrepreneurial

agne leblanc coach rh

Salariés, vous avez à votre disposition différents outils de gestion de carrière certains sont notamment trés spécifiques. C'est le cas du bilan de compétences entrepreneurial à destination de ceux qui souhaitent créer leur entreprise. Agnès LEBLANC, accompagnatrice en gestion de carrière vous explique de quoi il s'agit.

Agnès LEBLANC, a commencé sa carrière professionnelle dans l’Insdustrie Pharmaceutique et a occupé plusieurs fonctions en France et à l’international (gestion de projets, études de marché, business développement, commercial …) avant de se former et se reconvertir dans l’accompagnement. Elle a créé sa société Typaction en 2007 et ses activités principales sont concentrées sur la gestion de carrière et le leadership par des approches coaching, personal branding ou bilan de compétences auprès de salariés et d’entrepreneurs.

 

Le bilan de compétences entrepreneurial

A. QU'EST CE QUE LE BILAN DE COMPETENCES ENTREPRENEURIAL?

La prestation de  bilan de compétences entrepreneurial, telle que nous la proposons est une aide à la décision de création d’entreprise, que ce soit sous la forme d’un statut d’indépendant ou de chef d’entreprise.

Ce changement de statut est une véritable reconversion qui demande souvent beaucoup de remises en question, d’anticipation et de prises de conscience. Le bilan a donc pour vocation d’évaluer l’adéquation entre le profil de la personne et son projet, en particulier parce que entreprendre n’est pas seulement synonyme de besoin d’autonomie.

Ce bilan s’adresse donc aux salariés qui:

  • Ont envie de se lancer dans une aventure entrepreneuriale
  • Ont besoin de réassurance,
  • Ont besoin de prise de confiance ou de valider le réalisme de leur projet de changement (je m’adresse particulièrement à tous les idéalistes sur ce dernier point)
  • Ont besoin de prendre du recul pour mieux évaluer la viabilité de ce type de projet.

C’est aussi une étape qui permet de faire des choix, notamment lorsque l’on hésite entre chercher un nouveau poste de salarié et devenir son propre patron.

 

B. A QUI S'ADRESSE T-IL?

Il est valable pour toute personne qui se pose des questions sur ses aptitudes à réussir une création, que le projet soit immédiat ou plus lointain mais aussi pour ceux qui souhaitent démarrer une nouvelle activité  en parallèle de leur activité salariée (préparation  d’un départ en retraite par exemple). Pour moi, un bilan de compétences entrepreneuriales a pour vocation de donner du sens à son projet au sein de son projet de vie.

 

C. A QUEL MOMENT LE SALARIE DOIT-IL L'ENVISAGER?

Une fois l’activité démarrée, je pense qu’un accompagnement coaching est plus approprié même si certaines approches bilan peuvent être utiles … Selon moi, le bilan de compétences entrepreneuriales est bien approprié avant le démarrage du projet (imminent ou lointain), ne serait-ce parce qu’il peut être aussi une aide dans l’organisation des actions prioritaires à entreprendre pour se lancer.


  • Le salarié peut-il toutefois opter pour un bilan de compétences "classique"?

Oui puisque la vocation d’un bilan de compétences est de valider un projet professionnel. Il s’agit d’une reconversion professionnelle et il fait donc sens de se faire accompagner dans la démarche de projet, tout comme n’importe quel autre changement professionnel. C’est en plus la possibilité de « réutiliser » le travail dans le cadre d’un bilan de compétences plus standard si le projet de création est remis en question.


 

 

Intérêts et garanties du bilan de compétences entrepreneurial

A. QUELS SONT LES INTERETS?

Pour moi et selon les cas, les intérêts principaux sont:

  • Une prise de confiance plus importante  - on formalise tous les atouts, talents, qualités, expériences … favorables à une réussite de création d’entreprise
  • Une meilleure compréhension des enjeux
  • Une meilleure appréhension des difficultés éventuelles
  • Un espace de réflexion et décision,
  • Un guide pour mieux  organiser les premières étapes de la création.

Les exemples de prise de conscience à « travailler » les plus fréquentes :

Je me dis motivé pour créer mon entreprise mais je n’ai pas conscience que j’ai de fortes résistances au changement dans tout mon parcours professionnel, ou bien que j’ai un besoin fort de sécurité  pour m’épanouir, ou que mon expérience prouve que j’abandonne vite quand je ne réussis pas du premier coup, que ma résistance au stress est somme toute assez faible ou que j’ai du mal avec mon organisation habituelle, qu’en fait tout mon entourage  proche est opposé à mon projet, que c’est davantage mon affect qui guide mon choix et que je ne sais pas quel type d’associé choisir ,  que je ne sais pas comment me rendre visible ou créer un réseau, que je n’ai pas d’objectifs long termes et que je fonctionne au coup par coup, que je ne sais pas comment réaliser une étude de marché etc…

 

B. QUELLES SONT LES GARANTIES

Pour cela il faudrait faire des « tests », j’ai envie de répondre que la principale différence réside dans la connaissance de soi et ses aptitudes à gérer favorablement le changement et la difficulté sur le long terme.

Il est à mon avis préférable d’être conscient avant de commencer des points personnels à renforcer ou à développer pour mieux les affronter et renforcer sa motivation. On ne se lance pas dans un tel projet sur un coup de tête, il faut mettre l’émotif de côté et comprendre ses vraies motivations.

C’est une façon de se rapprocher de ses valeurs. Tout est une question de connaissance de soi …


Conclusion

La majorité des salariés que j’accompagne sont en recherche de reconversion avec en balance un nouveau projet salarié et un projet entrepreneurial donc la méthodologie de base démarre exactement comme un bilan de compétences « standard ».

Leur demande de départ est donc un bilan de compétences et même si l’envie d’entreprendre est déjà bien présente, au moment de la demande le choix n’est pas forcément clarifiée à 100%.

On va donc naturellement faire évoluer le bilan en fonction de l’avancée de leur projet, et d’autant plus vite que la clarification sera rapide. C’est d’ailleurs souvent plus évident pour des salariés en licenciement car les évènements extérieurs les incitent à saisir l’opportunité.

Se lancer dans une création d’entreprise doit davantage être un plaisir plus qu’une fuite avant, il est donc important de vérifier qu’on est bien en phase avec ses aspirations et valeurs profondes.

PARTAGER CETTE FICHE PRATIQUE